Occasion : le numérique au coeur du marché de seconde main – Les Echos 31/03/17

Selon l’Institut des Mamans, 49 % des jeunes parents sont déja passé par laoccasion pour leur progéniture : gigoteuses, poussettes, tours de lit et même sièges auto …

Vide-greniers, dépôts-ventes, petites annonces, e-commerce et franchises entre particuliers, les offres sur le marché de l’occasion explosent …

Ainsi des gros groupes sont nés de cette tendance. Apres 10 ans d’existence sur le net, Leboncoin annonce un chiffre d’affaire de 214 millions d’Euros pour environs 26 millions de visiteurs uniques mensuel. Il s’agit de la 4eme plateforme française après Google, Facebook et YouTube.

Cette filiale du groupe norvégien Schibsted (qui a démarré avec deux salariés) est devenu un incontournable pour les français dont les trois quarts l’utilisent régulièrement pour consulter 26 millions d’annonces, dont 800.000 nouveaux objets par jour.

Face à ce succès de nouveaux acteurs plus spécialisés font leur apparition :

  • Vestiaire Collective.com et Videdressing pour le secteur du vêtement d’occasion.
  • Instant Luxe spour la vente d’accessoires de marque.
  • Delcampepour les objets de collection comme les cartes postales, timbres, monnaies…

De nombreux sites ciblent également les objets de puériculture. Selon l’Institut des Mamans, 49 % des jeunes parents ont déjà acheté des articles de seconde main pour leur progéniture : gigoteuses, poussettes, tours de lit et même sièges auto.

Les acteurs traditionnels ne sont pas en reste à l’instar de LaDépanne.fr, pour Mr Bricolage permettant aux particuliers de louer et d’acheter des outils entre eux, Decathlon, qui organise chaque année son Trocathlon dédié à la vente de matériel sportif d’occasion, Alinéa a inauguré un entrepôt de 700 mètres carrés près de son magasin de Melun pour permettre à ses clients de déposer leurs anciens meubles, luminaires et objets de décoration en échange de bons d’achat en cas de vente.

Restent en arriere plan, les entrepots de dépots ventes qui ne se partagent plus que 11% du marché, même si ces derniers tentent de rattraper ce retard en ciblant plus d’ouvertures dans les hypercentres, et proposent des univers variés comme la bijouterie, la téléphonie , l’informatique ou le jeu vidéo.

business 1

En savoir plus sur les Echos

Mots-clés: digital, internet, occasion, parents,